Ex machina, film de Alex Garland (2015)

Recommandé: non!

Ce qui marche

A vrai dire, peu de choses fonctionnent réellement dans ce film.  Il a simplement l’avantage de parler de sujets à la mode: intelligence artificielle, singularité etc.

Ce qui ne marche pas

  • L’un des personnages principaux, Nathan, est un « informaticien de génie », patron d’une grosse entreprise d’informatique et créateur d’une intelligence artificielle révolutionnaire. Pourtant dans tout le film on ne le voit que 1/ boire des bières 2/ boxer 3/ regarder des webcams.  Ce personnage peu crédible est en outre interprété sans conviction par Oscar Isaac.
  • Le scénario est mal ficelé. L’histoire avance laborieusement à chaque fois qu’il y une coupure de courant (pour éviter les webcams…) et est souvent prévisible (le héros qui succombe aux charmes de l’intelligence artificielle). Enfin, le scénariste semble n’avoir pas compris grand-chose au test de Turing.
  • La musique est particulièrement ennuyeuse.

En un mot, une tentative ratée de parler de sujets intéressants.  Real Humans, série suédoise passée sur Arte, avait bien mieux réussi sur des sujets similaires.

Joel

Lire aussi: une critique italienne

Valérian et la cité des mille planètes

Film de Luc Besson (2017). 

Recommandé: oui!

Ce qui marche

  • Valérian est un film complet: il y a de l’action, du mystère, de l’exotisme, de l’humour, une histoire d’amour, des personnages attachants, un méchant et des personnages secondaires réussis.
  • Le rendu visuel est splendide. C’est un foisonnement de couleurs, de formes, de créatures et de costumes qui en mettent plein la vue. C’est d’autant plus appréciable que les films de science-fiction ou d’actions sont aujourd’hui majoritairement sombres, avec abondance de gris et de faible luminosité. Besson est à contre-courant et c’est très agréable pour le spectateur 🙂

Ce qui ne marche pas

  • La musique du film est décevante. Signée Alexandre Desplat, pourtant auteur de la splendide B.O. du Grand Budapest Hotel, elle était attendue mais reste assez banale. On sort de la salle de cinéma sans garder un seul air en tête.

En résumé: un divertissement d’excellente qualité!

Joel

Lire aussi: une critique américaine, une critique italienne